Quand le transport de marchandises joue un rôle critique en temps de pandémie

April 29, 2020

Assurer l’approvisionnement en biens et marchandises de nos collectivités essentielle. Et davantage en cas de pandémie.

 

Pour que les livraisons se fassent à temps, il est nécessaire d’étudier les facteurs qui isolent les collectivités, de déterminer des routes alternatives et de tirer profit des outils d’analyse des données.

En temps de crise, les choses simples que nous prenons pour acquises prennent soudainement une nouvelle dimension. La pandémie de COVID-19 a donné lieu à une situation imprévisible et à des réactions inattendues. En effet, le risque d’un accès réduit aux marchandises et la fermeture des restaurants a entraîné de nombreuses personnes à faire des réserves, ce qui a causé une rareté du papier de toilette et des tablettes d’épicerie dégarnies.

Dans le cas d’une pandémie, d’un désastre naturel ou d’une situation d’urgence qui fait dérailler les systèmes de transport, les collectivités perdent accès à des services et à des biens essentiels. En ce temps de pandémie de COVID-19, il est primordial pour garder les gens en vie de bénéficier d’une livraison fiable des marchandises, de la nourriture et des fournitures pour les hôpitaux.

 

Même si un pont ou une route possède la capacité de soutenir le volume régulier de camions, c’est un lien fragile qui met à risque l’ensemble du réseau d’approvisionnement d’une collectivité.

 

Pour assurer leur résilience en temps de crise inattendue, les collectivités doivent étudier et éliminer les facteurs d’isolement, soit les situations ou les pressions qui peuvent limiter l’accès à la chaîne d’approvisionnement. Dans le cas de la crise de la COVID-19, des biens nécessaires ne sont tout simplement pas disponibles pour répondre à la demande. Nos chaînes d’approvisionnement mondiales telles qu’elles existaient se sont rétrécies significativement en un rien de temps et sont mises à l’épreuve. Les collectivités doivent examiner de près d’où proviennent leurs biens essentiels et les moyens utilisés pour les transporter. Accroître la résilience passe par la planification. Il est primordial que les livraisons de marchandises soient assurées en tout temps pour soutenir les besoins élémentaires de nos sociétés.

Les données jouent un grand rôle à cet effet, mais peu de collectivités réalisent leur valeur en tant qu’outil pour comprendre leur système de transport des marchandises. Les données peuvent servir à déterminer les facteurs d’isolement, à trouver des routes de rechange et à assurer la flexibilité du système de transport et, par conséquent, à favoriser les livraisons au moment opportun.

 

Les petites perturbations peuvent causer de grands effets

Votre collectivité est-elle approvisionnée par une seule ou plusieurs routes? Certaines régions ont déjà connu des problèmes d’approvisionnement en raison de la fermeture de routes dans des cols de montagnes après d’importantes chutes de neige. Par exemple, la route I-80 qui traverse les États-Unis relie San Francisco à Teaneck au New Jersey. À elle seule, cette route permet de livrer à de nombreux marchés américains les marchandises qui arrivent au port d’Oakland. Les chutes de neige moyenne près de Truckee en Californie, le point culminant de la route, dépassent 5 mètres (200 pouces) par année. Il est donc fréquent qu’en hiver, des camions restent immobilisés d’un côté ou de l’autre du col de la montagne jusqu’à ce que la route soit de nouveau praticable. Selon un sondage national, les mauvaises conditions météorologiques sont responsables de 15 % des bouchons de circulation sur les autoroutes. Les collectivités peuvent tolérer des délais de quelques jours dans la livraison des biens essentiels, mais pas de longue période d’attente.

_q_Les données sur les mouvements de marchandises sont peu analysées, malgré qu’il soit peu coûteux de le faire. »

De même, lorsqu’un pont sur la seule route d’acheminement des biens ferme en raison d’un bris, cela entraîne de vastes répercussions. Nous en avons eu l’exemple lorsqu’en 2016, le pont de la rivière Nipigon a cédé. Ce lien important de l’autoroute transcanadienne entre le Manitoba et l’Ontario a été rompu et tous les véhicules commerciaux en route vers l’Ontario ont été détournés au Minnesota.

Selon les estimations, environ 1300 camions transportant 100 millions de dollars de marchandises circulent sur ce pont chaque jour. Un mois et demi après la fermeture du pont, deux voies seulement ont été rouvertes à la circulation. Il a fallu attendre deux ans et demi plus tard pour la réouverture des deux autres voies. Pendant longtemps, cette situation a causé la perte d’un lien important du réseau, sans compter les embouteillages interminables qui ont entraîné des délais dans les livraisons par camions et potentiellement des effets importants sur la qualité de l’air et sur l’environnement naturel. Enfin, ce sont les consommateurs qui ont dû absorber les coûts supplémentaires de livraison.

Les autorités locales et régionales doivent aborder d’une manière globale la planification du transport de marchandises. Parce que même si un pont ou une route possède la capacité de soutenir le volume régulier de camions, c’est un lien fragile qui met à risque l’ensemble du réseau d’approvisionnement d’une collectivité.

Plusieurs années avant l’incident du pont de la rivière Nipigon, des membres de notre équipe des Transports basée à Toronto (avant de se joindre à Stantec) avaient mené une étude multiannée ayant pour objet de modéliser les mouvements des biens commerciaux dans la province de l’Ontario au moyen des données de transport des marchandises. Ces données ont permis aux autorités provinciales de quantifier les conséquences économiques de la fermeture du pont de la rivière Nipigon.

 

Routes de rechange et facteurs d’isolement

Quelles leçons pouvons-nous tirer de cette situation? Tout d’abord, planifier en fonction des situations imprévisibles. Pour maintenir la santé et la sécurité des résidents et accroître la résilience en cas de catastrophe, les collectivités devraient déjà planifier des routes de rechange. Les travaux réalisés par Stantec au bassin du lac Tahoe ont mis en lumière la fragilité du réseau routier pour servir les dizaines de millions de visiteurs qui s’y rendent chaque année et les collectivités locales en cas de crise, comme un feu de forêt. Le risque d’isolement est important et un plan d’action mis en place maintenant pourra aider les collectivités à accroître la flexibilité et la fiabilité de leur réseau de transport.

 

Les travaux réalisés par Stantec au bassin du lac Tahoe ont mis en lumière la fragilité du réseau routier pour servir les collectivités locales en cas de crise, comme le feu de forêt Angora en 2007.

 

Bon nombre des principes utilisés en planification de la circulation, du transport en commun et du transport actif peuvent être appliqués à l’étude des mouvements de marchandises. Par exemple, durant l’élaboration du plan directeur des transports de la ville d’Orillia, en banlieue de Toronto, notre équipe a identifié des zones isolées au chapitre du transport actif, et a recommandé la mise en place d’un nouveau point de passage pour que les adeptes du transport actif puissent traverser l’autoroute. Une approche similaire peut être utilisée dans le cadre de la planification du transport des marchandises.

Une seconde leçon tirée est la suivante : les collectivités doivent étudier les facteurs qui peuvent entraîner leur isolement et, s’il y a lieu, déterminer les routes de rechange possibles dans leur réseau de transport. La crise de la COVID-19 nous a tous fait comprendre l’importance de bénéficier d’un acheminement fiable des marchandises. Cela devrait aujourd’hui faire partie des priorités des organismes municipaux. Si ceux-ci peuvent réduire les facteurs d’incertitude liés à l’acheminement des marchandises, alors la crainte de perdre l’accès aux biens essentiels sera une préoccupation de moins pour les dirigeants locaux.

 

Utilité des données

Depuis des années, nos équipes utilisent des données de localisation provenant d’appareils mobiles dans les projets de planification des transports réalisés pour des organismes municipaux. Les camions de transport de marchandises sont munis de dispositifs intelligents de repérage GPS, et il est possible d’isoler ces camions dans la circulation de plusieurs manières afin de tracer et de visualiser les routes utilisées pour acheminer toutes les marchandises dans une collectivité.

Par la technique de géorepérage, qui consiste à définir un périmètre virtuel autour d’une région géographique, un logiciel peut indiquer tous les appareils mobiles entrant ou sortant de la zone établie. Nous pouvons faire le suivi des livraisons selon le point d’origine en combinant les données du Bureau de recensement des États-Unis basées sur le système de classification des industries de l’Amérique du Nord (SCIAN), les cartes de découpage du territoire et les renseignements estimatifs pour isoler les données provenant d’activités de camionnage. À l’aide d’autres outils, nous pouvons déterminer avec un degré de certitude élevé les données géolocalisées qui sont relatives à l’approvisionnement de marchandises. Nous utilisons ensuite ces données origine-destination pour explorer d’autres routes et développer des réseaux de rechange.

La plupart des municipalités n’ont jamais pensé à faire cet exercice, ou ignorent que c’est possible. Les données sur les mouvements de marchandises sont peu analysées, malgré qu’il soit peu coûteux de le faire. Les besoins et les exigences du transport de marchandises diffèrent de ceux des autres types de transport, et il est nécessaire de les quantifier pour répondre aux préoccupations communautaires et commerciales. Le transport de marchandises est généralement planifié pour répondre à des objectifs de sécurité et d’efficacité opérationnelle. De nouvelles technologies permettent d’assurer la livraison sécuritaire de marchandises au cœur des quartiers au moyen de gros camions, encore faut-il que ces derniers puissent se rendre jusqu’aux municipalités. Ce qui n’est pas certain en cas de catastrophe.

 

Durant l’élaboration du plan directeur des transports de la ville d’Orillia en banlieue de Toronto, notre équipe a identifié des zones isolées au chapitre du transport actif. Une approche similaire peut être utilisée dans le cadre de la planification du transport des marchandises.

 

Accroître la flexibilité

Les municipalités doivent plus que jamais accroître la flexibilité en ce qui concerne la planification des mouvements de marchandises. Elles doivent déterminer et développer de manière stratégique des solutions de rechange pour la livraison des marchandises dans le but d’accroître la résilience des collectivités, d’assurer la sécurité alimentaire et de renforcer la confiance des citoyens envers les autorités.

Les collectivités doivent augmenter le plus possible leur capacité de résilience en cas de catastrophe naturelle, de situation d’urgence ou de pandémie. Il est essentiel de traiter aujourd’hui les questions de fiabilité du transport de marchandises pour pouvoir promptement régler les problèmes qui se poseront en temps de crise.

 

 

À propos des auteurs :

  • Cynthia Albright est membre de l’institut américain des planificateurs certifiés et cumule une vaste expérience en analytique des données dans le domaine de la planification des transports. Elle compte déjà plus de 30 ans de carrière au cours desquelles elle a réalisé une grande variété de projets d’aménagement du territoire et de design urbain. Sa présentation TEDxUniversityofNevada intitulée Pearls of Urban Design (les perles du design urbain) est accessible sur YouTube.
  •  Brandon Orr, chargé de projet et planificateur certifié, gère et dirige des projets complexes dans le secteur des transports, qu’il s’agisse de plans directeurs de grande envergure et d’études de mobilité intelligente, ou de projets d’aménagement à petite échelle.
Article précédent
Planifier la vie urbaine après la pandémie
Planifier la vie urbaine après la pandémie

Comment nous pouvons aider nos clients et les collectivités dans la transition vers un monde post-pandémie.

Article suivant
Des espaces à bureaux plus sains aujourd’hui et après la COVID-19
Des espaces à bureaux plus sains aujourd’hui et après la COVID-19

Les propriétaires, les gestionnaires d’immeubles et les employeurs doivent se préparer au nouvel état d’esp...

×

Abonnez-vous à l'infolettre de Stantec au Québec

Prénom
Nom de famille
Entreprise
Merci
Error - something went wrong!